Monday, March 05, 2007

8th Street Sadhu


Celui qui a l’esprit stable va à contre-courant du monde, bien que sa présence à celui-ci paraisse ordinaire. Il ne distingue pas même absorption, distraction et impureté. (…)
Libre du passé ainsi de toute dépendance, il évolue à sa guise, lui qui n’a plus de limitations ! Il agit emporté par le vent du monde comme une feuille morte.
ASHTÂVAKRA-GÎTÂ

Amie de l’anarchiste Elisée Reclus (1827-1904), Alexandra David-Neel fut séduite par le message libérateur de la spiritualité orientale et l’Ashtâvakra-gîta. Elle traduisit en français ce texte extraordinaire.
En 2004 paraît la traduction de Jacques Vigne. Elle contient un commentaire d’un sage, Swâmi Shanânanda Puri, intitulé " Le saut quantique dans l’Absolu, Essence de l’Ashtâvakra-gîtâ ".
D’emblée, le sage écarte toutes les sornettes des bricoleurs de religions, méthodes salvatrices et hâbleries des docteurs de la foi. " Ashtâvakra soutient que l’illumination peut être instantanée, adhounaiva. Voilà l’envol quantique depuis l’identification au corps jusqu’à l’existence éternelle. Cela ne nécessite aucun processus, état, moyen auxiliaire ou quoi d’autre. (…)
1) Se démarquer du sens du corps et demeurer dans la pure existence c’est être dans un état relaxé, paisible et sans effort. (…)
2) Le second " comprimé de Libération ", beaucoup plus puissant que le précédent, est celui-ci : vous demeurez simplement dans la conviction que vous êtes libéré et libre et vous serez libéré. Au contraire, si vous vous considérez vous-même comme un être asservi et limité, vous continuerez à être asservi. (…) Le processus pour se déshypnotiser consiste à se considérer soi-même comme Conscience et ainsi à demeurer libéré à tout jamais.
3) Au moment où vous cessez de vous considérer comme acteur et expérimentateur, vous reconnaîtrez que vous êtes à tout jamais libéré. "


Les religions et les gourous s’imposent en intermédiaires parasites et nous conditionnent à un tel point qu’il est difficile de comprendre l’extrême simplicité de l’Ashtâvakra. Pour les tibétains, quatre obstacles empêchent de reconnaître l’état naturel de l’esprit. En effet, cet état (sahaja) est :
trop proche pour être reconnu,
trop profond pour être saisi,
trop merveilleux pour être compris ;
trop simple pour être cru.

Pour voir d'autres vidéos : SAMSARA VISION.

No comments: