Friday, March 12, 2010


QUELLE PARADE ?

Par Joël Labruyère

Sachant que nous n’en sommes encore qu’à la préhistoire des « technologies noires », nous devons découvrir s’il existe une parade à ces dangers.
Depuis 50 ans, nous maugréons, nous contestons, nous nous révoltons même, mais en pure perte.
La machine avance et rien ne la fera reculer. Pire, les cris d’alarme et les gesticulations nous donnent bonne conscience, comme si la bonne foi pouvait dévier le cours d’un programme aussi bien réglé.
Si autant de moyens destructeurs hyper sophistiqués ont été rassemblés pour attaquer la conscience, c’est qu’elle constitue une forteresse qui ne se laisse pas prendre facilement. Il s’agit donc d’une guerre totale contre la conscience.

Nous ne croyons pas comme les altermondialistes - les nouveaux « collabos » - qu’il pourrait exister un ordre mondial à visage humain. Cela n’existera pas.
Au contraire, nous savons qu’un ordre mondial « humaniste » serait l’antichambre de l’enfer. Mais il n’est plus temps de convaincre qui n’a pas déjà compris. Il n’est plus temps de rabâcher des évidences sur la pollution, la corruption et les « méchants illuminati ». Il faut en finir avec les jérémiades. Il faut en finir avec l’impuissance.
Nous qui savons que la Conscience est la cible du déploiement de technologie noire, nous nous demandons : que faire pour se protéger et retrouver notre liberté ? Réponse : reprendre le contrôle !
En terme de stratégie, on sait depuis toujours que la meilleure défense c’est l’attaque. Or, à moins d’être mentalement perturbé, il n’est pas vraiment possible d’attaquer le gouvernement de l’ombre. D’abord, parce qu’il est secret et intouchable, mais surtout, parce que nous n’avons aucune prise sur la situation. L’idéologie new age a même inventé le concept de « guerrier de la paix » pour écarter tout risque de confrontation. Certains s’intitulent même « guerriers de la lumière » en ignorant l’âpre combat que mènent les forces de Lumière depuis des millénaires.
Et que nous conseillent ces combattants du néant ? « Priez, mais ne prenez aucune initiative ! » Pire, ils recommandent d’envoyer de l’amour aux prédateurs - pour se faire dévorer avec plus de douceur, sans doute ?
Tout cet idéalisme frelaté encourage notre passivité et nos tendances à la soumission et à l’attente du miracle. On nous décourage. On nous paralyse.
Les bons apôtres, si pleins de bonnes intentions, nous flattent et nous embrassent avant de nous livrer pour trente deniers.
Mais n’oublions jamais que nous sommes armés intérieurement. Notre espèce est spirituellement invincible, et c’est précisément ce qui inquiète le gouvernement de l’ombre, qui se voit contraint de déployer des forces gigantesques pour parer à une prise de conscience qui pourrait l’anéantir.
Donc, sachant qu’il s’agit d’une guerre CONTRE la conscience humaine, il faut riposter en conscience et avec nos forces de conscience. Qu’aurions-nous d’autre à opposer à l’énorme machine à détruire ?
Cela ne veut pas dire ramasser des fourches et des marteaux., mais « prendre conscience », c’est à dire s’armer de nos facultés psychiques et spirituelles en les orientant dans une nouvelle direction.
Parmi l’arsenal de pouvoirs à notre disposition, nous distinguons les moyens passifs et les moyens actifs. Bien entendu, les moyens passifs sont les plus usités car nos gardiens - quels qu’ils soient - ont formaté notre cerveau par une culture de la soumission - prier le ciel en attendant que tout s’arrange. Si l’on est athée, on priera l’état d’instaurer un paradis terrestre. Mais religieux ou matérialiste, dans les deux cas, la passivité est la même puisque nos croyances, l’athéisme et l’idéalisme nous ont été implantés par nos gardiens.

Les moyens actifs pour un réveil des pouvoirs de la conscience sont plus secrets, et bien qu’ils soient accessibles, ils ont donné lieu à des malentendus.
Prenons l’exemple significatif du Bouddhisme, considéré comme une voie de renoncement – donc passive - alors que le prince Gautama en tant que membre de la caste guerrière, avait forgé sa doctrine en vue de combattre l’illusion et l’ignorance. Pour ce preux chevalier, il s’agissait de mener une guerre héroïque contre l’emprise démoniaque, afin extirper le mal à la racine, et non pour l’adoucir et le rendre acceptable. Or, sa « noble loi » martiale est devenue une religion banalisée et aseptisée au service de l’élite planétaire. (Selon Steiner, l’être connu sous le nom de Bouddha serait en service sur une dimension non physique de la planète Mars afin de la rééquilibrer. Ceci indique la nature vigoureusement dynamique de sa fonction cosmique.)

Et que dire du message du Christ qui nous appelle à un changement de paradigme absolu, et qu’on a caricaturé en un petit Jésus de Disneyland ?

Nous ne sommes plus en possession de nos moyens spirituels car nous avons été désarmés.
Nos gardiens se sont assurés que nos chaînes sont solidement rivées aux illusions culturelles, philosophiques et religieuses – avec notre complaisance et notre assentiment, il est vrai…
Toutefois, ils n’ont réussi qu’à neutraliser des facultés latentes qui pourraient être éveillées à nouveau. C’est pourquoi, ils redoublent d’ardeur pour nous abrutir, ne pouvant pas stériliser totalement le troupeau qui les fait vivre. Car la pile humaine doit émettre de l’énergie…
Réaliser que notre complaisance est à l’origine de notre faiblesse, permettrait une prise de conscience. C’est pourquoi, il est plus important de se responsabiliser que de dénoncer sans fin un adversaire qui ne lâchera pas la proie bêlante qui dit amen après chaque raclée.

Mais où sont les esprits libres dans les rangs de notre génération ? Nombre d’entre nous, sommes découragés car nous ne constatons pas le moindre frémissement. Il faut s’en prendre à nous-mêmes. Que faisons-nous pour modifier la situation ?
Attendons-nous un messie ? Espérons-nous qu’à force de supplications, les loups vont se transformer en agneaux ? La terre va-t-elle « ascensionner » ?
Chacun devrait s’interroger sur ses idéaux. Qui nous les a inspiré ? Sont-ils réalisables ?
Chaque être responsable doit s’interroger sur les solutions qu’on lui propose : idéologique, politique, écologique, spirituelle, scientifique, miraculeuse…
Il découvrirait que nos meilleures intentions sont manipulées avec une ruse démoniaque qui n’appartient pas au registre de la perfidie humaine.

Heureusement, il y a un espoir, car la restauration de notre intégrité individuelle est facilitée à notre époque par l’élévation du niveau conscience. Indéniablement, la conjoncture cosmique nous permet une « accélération ».
Le masque des joueurs commence à tomber, et parallèlement, nous sommes amenés à arracher nos vieux oripeaux égocentriques.
Une partie de l’humanité s’éveille tandis qu’une autre plonge dans la narcose collective. C’est un mouvement naturel car la lumière accélère la crise.
Dès lors, lorsque l’on constate en nous-mêmes un élan pour participer au renouvellement de l’ère nouvelle, il faut passer à l’action. Ceci peut nécessiter un temps de préparation avant de parvenir à unir ses forces à d’autres. Mais, quelle que soit notre prédisposition et notre système de croyance, agir est préférable au rêve.
La spiritualité exige des actes concrets. Mais qu’est-ce que cela signifie en terme de conscience ? Qu’est-ce que la conscience en action ?

Ceci nous ramène aux lois électromagnétiques qui déterminent le fonctionnement de notre conscience.
Il ne faut plus en rester à une perception vague des phénomènes spirituels. La conscience et la vie sont constituées de réelles forces électromagnétiques.
Notre état de conscience détermine notre existence entière. Rien ne nous arrive qui ne soit conditionné par notre état de conscience individuel ou bien par « la conscience collective » de l’humanité.
La force magnétique du collectif conditionne l’individu. En retour l’individu peut influer sur l’ensemble lorsqu’il lui apporte une donnée nouvelle – une information qui « change tout ».
Celui qui se change lui-même agit sur le collectif. Tandis que celui qui répète les schémas collectifs, les renforce et fait tourner la grande roue de l’illusion. Les hommes sont des forçats à la roue .

Dans la mesure ou un groupe d’êtres se rassemblent en vue d’opérer un changement, il se dégage de leur association un rayonnement particulier.
Tout groupement humain génère un « champ de tension » qui est la synthèse électromagnétique de l’état de conscience de ses membres. En retour, la qualité vibratoire de ce foyer détermine l’expérience qui sera vécue au sein de ce groupe.
Un égrégore de revendication, fondé sur une pulsion de ressentiment, de peur ou d’avidité portera des fruits en rapport avec les pulsions inférieures des êtres qui le composent.
Un égrégore de rêveurs ne produira que du rêve. Un égrégore de bonne volonté passive, aussi sincères que soient ses participants, ne restituera aucune force capable de modifier la conscience collective. Ils sera vampirisé par un groupe plus puissant.

Au mieux, ces égrégores servent de refuges provisoires avant de s’étioler comme des nuages.
Seuls , les égrégores vitalisés par une idée puissante (idéologie, foi) ou par des rites (parfois civils) pourront se maintenir, à moins d’être dévorés par des super égrégores (Eglises).
Par nos attaches confessionnelles ou idéologiques, nous participons inconsciemment à divers égrégores. Nul n’y échappe à moins d’avoir été intégré au collectif des âmes libérées de la grande fraternité universelle…

Comment s’associer avec d’autres sans adhérer à une religion ou à une idéologie commune ? Pourquoi former une communauté énergétique ?
Voilà ce qu’en dit un texte admirable paru dans les Carnets de Noé sous le nom « Projet Village Pi » :

« Si l’univers a un sens, il est possible de se protéger complètement et totalement. En maniant l’univers par la douceur et l’amour.
Le Village Pi est un état d’esprit où rien ne vous fera peur, où ne pourra vous rejoindre aucune mauvaise vibration ; un état d’âme où rien ne vous rend triste, où vous aimez tout et tous, où le spectacle de la misère et de la souffrance provoque une compassion telle qu’elle guérit tout.
C’est ici qu’il faut examiner les possibilités réelles de se protéger physiquement, efficacement et absolument de l’agression violente de ceux qui manient le pouvoir. Sans avoir à se servir du fusil, de l’épée, des bombes, du poing ; sans vouloir tuer celui qui veut vous tuer ou vous emprisonner.
Construire autour de notre corps, notre âme, notre esprit, notre maison, notre village, notre tribu, un CHAMP MAGNETIQUE tissé par les forces maternelles de l’univers et construit de façon telle qu’aucun objet, aucun sentiment, aucune pensée, aucune personne, aucune armée qui n’a pas une intention paisible et fraternelle puisse y pénétrer. Ne plus avoir à se défendre avec les armes de l’adversaire parce que l’Univers et la Mère vous protègent.
Les champs magnétiques ne sont plus à prouver ; la Terre elle-même n’hébergerait aucune forme de vie organique si elle n’était protégée par une énorme ceinture magnétique qui filtre les vibrations de la galaxie et PROTEGE ainsi la planète.
L’atmosphère et ce champ magnétique forment ensemble un prisme qui transforme les énergies brûlantes de l’univers en gamme de couleurs douces que peut absorber l’Arbre de Vie terrestre. »

Alors la parade ?
Construire un champ magnétique tissé par les forces maternelles de l’univers…

Source : revue Undercover.

No comments: